mercredi 22 décembre 2010

Y'a du monde pour Noël au balcon

Nous (la maquina et moi même) vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d'année en direct de la Sudafriquie.

Couvrez vous bien il parait que ça caille en France, nous par contre on est à cours de magnésie...

La vie est rude ici... mais nous parvenons tout de même à étancher notre soif de culture


Mais nous avons aussi droit à quelques instants de gloire (photo prise par des Japonais plutôt admiratifs)

Nous avons aussi du braver le danger face à la bête féroce locale (l'échelle de la photo peut être trompeuse)
Nous partons dans quelques heures vers de nouvelles aventures (encore plus extrêmes) au Cederberg.

A bientôt

mardi 28 septembre 2010

Les Pyrénées vues du ciel

Voici une photo panoramique des Pyrénées comme on n'en voit pas souvent, du moins sous cet angle là!
Elle a été réalisée par un copain parachutiste (Francis Gastellu), du ciel, depuis l'avion ou en chute ça je n'en sais rien.

Je résiste donc pas au plaisir de la diffuser.

lundi 30 août 2010

Sarko et la télé...

Pour ceux qui ne l'aurait pas vu.
Voici un reportage intéressant réalisé par une équipe de télévision Suisse, sur notre cher Président de la république et ses relations avec les médias.

Ce reportage aurait été censuré en France.

lundi 2 août 2010

"Not to Bolt or Not to Bolt"


Cuando voy a hacer la compra al supermercado o cuando trabajo para una gran multinacional montando muebles de mierda y veo a toda esa gente nadar entre el lodo del consumismo me alegro de tener todavía ciertos valores, no creo que mis valores sean los verdaderos pero para mí son los válidos y me ayudan a salir del cotidiano momento.

Enfrentarse a uno mismo es difícil, poner a prueba nuestras posibilidades y verse derrotado es un duro aprendizaje, es ahí donde el alpinismo toma un valor importante en mi vida, me enseña a valorarme y sentir que no todo es posible, ni todo vale, aprendemos a valorar ciertos detalles, lo puro me llama la atención, detesto el plástico.
La montaña nos pone en nuestro sitio a la hora de afrontarla, ese es el juego que me interesa, el seré capáz de..., y mantenerme fiel a mis principios, ser un escalador o ser un alpinista puede ser fácil, igual de fácil que comerse una lechuga, es mejor una lechuga de tu huerta que no una lechuga de supermercado, trasladando esta metáfora al mundo de la escalada... ni la recompensa ni el gusto son los mismos, creo que ya sabeis lo que quiero decir...
La sociedad de consumo nos hace creer que podemos alcanzar cualquier cosa con el simple hecho de comprarla y encima a precios ridículos, ya no nos asusta nada, podemos comprar de todo para vencer nuestros miedos y sentarnos comodamente después de una dura jornada de trabajo.
Contra las tormentas: Brassens inventó al vendedor de pararayos, para ir de viaje: las autopistas, para disfrutar de la montaña invernal: las estaciones de esquí, para la montaña: el taladro, nos olvidamos de lo puro y valoramos el plástico ¡¡¡menuda mierda!!!!

Por suerte quedan lugares donde el ser humano ha de medirse consigo mismo, ha de hacer una observación, un análisis y una reflexión del camino a elegir, ese reducto galo es el Midi d´Ossau.
En medio de una cadena montañosa donde cualquier medio es válido para alcanzar la cumbre aquí el juego es distinto, no es la cumbre lo que nos interesa sino la manera de recorrer el camino, no todo vale, un manojo de friends y algunos pitones serán las herramientas permitidas para recorrer el camino, es por eso que la observación, el análisis y la reflexión cobran un valor especial. ¡¡Entonces la cosa cambia!!

Para escalar en el Midi hay que estar seguro de si mismo, el escape rapelando es complicado, y las viras son laberínticas si no son conocidas, es uno de los pocos lugares del pirineo donde el escalador se mide con la montaña y juegan un juego de igual a igual.Nos damos cuenta de que no somos tan buenos escaladores si no hay chapas.

Asi nos lo han demostrado de nuevo los salvajes del valle, la banda formada por Thivel, Griso, Santal, Seger y un joven adoptado de Ariege llamado Morgan, apodado el de los brazos gordos, han trazado un delirante itinerário llamado “Not to Bolt or Not to Bolt” han sido muchas horas de observación delante de la pared junto con la agradable compañía de Karine, Leon y Malou, guardianes del refugio y atentos para prevenir a los escaladores de que esta es una montaña de verdad y no un parque de atracciones.
La ruta es excelente de principio a fin, abierta con un estilo impecable, largo tras largo nos delitamos con una excelente roca.

Finalmente han dado en el clavo (nunca mejor dicho) y han encontrado la manera de hacernos disfrutar de un bello espectáculo de escalada lleno de humildad, ellos mejor que nadie saben que la montaña es siempre más fuerte que nosotros.

Gracias por hacernos disfrutar de tan bella escalada. video

jeudi 15 juillet 2010

Substance Ordinarie d´une Fin du Siecle









NO ES APETECIBLE, NO ES RECOMENDABLE, NO ES INTERESANTE, ES JODIDAMENTE PELIGROSO... NO SEAIS TAN CAPULLOS COMO NOSOTROS Y NO OS JUGEIS EL TIPO...



Es lunes y hace malo, tomo un café con Germán que me habla de un pintor Brasileño mientras lanzamos otra cafetera para atenuar los efectos del cansancio del fin de semana y tras dos cigarros ya son las once, es a esta hora que nuestra casa empieza a planificar la jornada y como esta semana va a hacer malo sigo los consejos del desalmado banquero que me recomienda educadamente buscar trabajo.
Antes de ir al mercado me paro delante de una oficina de trabajo temporal, acaricio dubitativo el pomo de la puerta y en ese momento la secretaria me sonrie, eso me anima a entrar, el suelo tiene moqueta y la temperatura es agradable, es una pena que no se pueda fumar pienso para mis adentros mientras me acerco a la mesa principal.
Bonjour Monsieur Elias, hace tiempo que no le veíamos por aquí, comenta irónicamente, eso no me aturde, al contrario, me gusta cuando me llaman señor a la vez que ofrece asiento con la misma mirada seductora que me impulsó a entrar, ahora la tengo enfrente, veo de cerca su rostro maquillado que me resulta bello y a la vez me produce una visión muy clara de dos mundos bien diferentes, me la imagino bien vestida en la fiebre del sabado noche siendo agatusada por decenas de chicos guapos y bien vestidos intentando ganar el sorteo que es el ligar en una discoteca, en ese momento me paro a pensar en mi fin de semana y...

Otra vez me vuelve a pasar, estar a cientos de metros del suelo en una de esas vías que un tiempo atrás me resultaban irrealizables o imposibles, tanto que ni siquiera me interesaban.

Me sigo considerando un bebe alpinista como dice mi amigo Florent pero la motivación de estos últimos meses ha dado un resultado aparéntemente excepcional.

Hace varias semanas que observo la línea, siempre le falta algo que impide que la realicemos, supongo que la motivación de subir hasta allá arriba por eso he llamado más de diez veces a uno de sus aperturistas para saber su opinión. Remi Laborde es un simpático personaje que lo podreis encontrar al caer la tarde en el bar de Jean Marcel en Gedre donde suele tomar una cerveza antes de ir a casa , allí os ofrecerá todo lo que se necesita para escalar en el valle, una pinta, un cigarro o información detallada de todas las líneas de la zona y sobre todo os transmitirá una pasión inigualable por escalar montañas, todo esto al lado de la gran chimenea al fondo del garito rodeados de los míticos escaladores locales.


Remí abrió esta vía junto con Pierre Bogino y Jerome Thinieres en el invierno de 1999, en el momento y actualmente me atrevo a definirla como la vía más difícil y comprometida del pirineo. Un largo de 7 grado en hielo donde parece que Gaudí puso su último toque a la hora de crear estos carámbanos desplomados tan frágiles que un golpe fuerte de viento acabaría por derrumbarlos.


De una manera casual, como casi todo lo grandioso que nos pasa en esta vida elegimos el día perfecto para escalarla, la temperatura muy por debajo de los cero grados ayudó a que hoy os lo podamos contar sin dramáticas consecuencias.

Después de intentar engañar a varios compañeros de cordada, a los padres de familia y a aquellos que tienen una hipoteca que pagar ni siquiera se me pasó por la cabeza engañarlos, por fín encontré al compañero ideal, Manu Córdova, siempre sonriente y motivado para cualquier locura.
Manu hace tiempo que intentaba escalar esta vía y nunca había encontrado el momento adecuado, este momento es ahora, le comenté por teléfono para darle un toque de fugacidaz a nuestra aventura, es cierto que lo dije por decir , pero tres días después el cigarro se había derrumbado.

Hace diez días que miré la columna por ultima vez y le faltaba muy poco para que tocase el suelo y creo que con el frío de estos últimos días será posible que ya haya tocado y sea escalable, asi que unas horas más tarde eludiendo sus responsabilidades como estudiante estabamos compartiendo un plato de lentejas con Germán y Fany en nuestra cocina de Pau, esto últimos protagonistas le dan un toce a artístico a la historia que hace que durante una rato nos olvidemos del riesgo que podemos correr mañana, si no hubiesen estado con nosotros esa tarde Manu y yo hubiesemos sido capaces de cenar dos barritas energéticas cada uno.

Hay que aprovechar la jornada de mañana, dan mucho frío y mi hermano mayor simón está en Munich y no podrá reñirnos por nuestra locura de escalar churros inestables, como sabeis, Simón es el encargado de mi seguridad para mantener el filón que mi familia cree haber encontrado conmigo y mi prometedor futuro como alpinista, si supieran que mi sueño es hacer una última vía en las grandes Jorases para porfín retirarme y dedicarme a mi gran pasión que es la apicultura estarían decepcionados, pero esto queda entre nosotros queridos lectores, sino Simón dejaría de hacerse el despistado cada vez que le robo trozos de cordino y mosquetones viejos.

Ahora que dejamos los asuntos familiares de lado volvemos al terror y sufrimiento que supuestamente tiene que reflejar este texto, sino no sería un buen relato de alpinismo.

La jornada empieza mal, solo queda café para una cafetera y tanto como para Manu como para mí es un gran problema, ninguno de los dos salimos de casa sin los tres cafés reglamentarios para afrontar los inconvenientes de la vida cotidiana como los números rojos, algún desamor o el anticiclón que nunca termina de llegar, pero como hoy es excepcional aceptamos como sustituto esa bebida aguachinada que llaman té y con esto nos ponemos en camino...

Tranquilamente amigos..., Manu nos es ningún nervioso de la vida, da gusto ir a escalar con él, mientras yo estoy muerto de miedo desde que salgo de casa, él no para de bromear y hablarme de sus estudios que al parecer le causan problemas.

El termómetro esta de nuestra parte, eso alenta nuestro relajado carácter.Son las ocho y media cuando desabrocho mi cinturon de seguridad y le digo en voz baja, te voy a hechar de menos amigo...

A pesar de los miles de metros de desnivel acumulados en esta temporada, la aproximación sigue siendo penosa como de costumbre, jamás nos acostumbraremos, y jadeantes llegamos al final de la vira donde vemos de cerca nuestro tenebroso objetivo, es en ese momento cuando se me caen los calzoncillos a pesar de haberles puesto tirantes especialmente para la ocasión, había ido a vigilar la vía varias veces en esta temporada y estudiado cada paso ampliando las fotos en el ordenador, pero el directo es el directo señores, voy a sincerarme con ustedes, estaba acojonado de los pies a la cabeza y me acordaba de mi último amigo, el cinturón de seguridad , pienso en lo bien que estaba entre sus brazos.

Llegamos dubitativos al pie del largo duro pero con un poco de imaginación, resultado de todas esas drogas sintéticas que consumimos en la adolescencia, descubrimos un divertido itinerário para poder salir de aquella lanzadera espacial puesta del revés.Manu toma las riendas de la cordada, y sale de la reunión bastante motivado a salir por arriba, un fuerte golpe al carámbano que sigue sin tocar el suelo nos da confianza para seguir, no suena mal, dong... esta será la primera nota de un largo xilófono donde una subida de tono en el siguiente acorde podría ser fatal.
Mi compañero se pasea por los churros que cuelgan por encima de mi cabeza haciendo equilibrios de uno a otro y con el último seguro tan lejos que... bueno mejor no cuento más detalles en caso de que su madre o mi hermano lean este artículo,

Asi que como os iba contando todo va genial y es desde el último colgajo de hielo ve un paso a través de la cortina y con la delicadeza que le caracteriza acaricia con el piolet la fina capa de hielo en forma de paraguas que tiene por encima de su casco y tras varios pasos sin pies sale al muro de arriba, las dificultades han terminado para él, BRAVO,,,, ahora me toca amí, paralizado por el miedo a pesar de saber que sobre una de las dos cuerdas no ha chapado ningún seguro para asegurarme sobre ella y la otra se queda colgando en la reunión, este sistema permite que en caso de que se caiga algún carámbano no nos arrastre hacia el lago de Gloriettes cientos de metros más abajo.

Sigo con dificultad los gancheos de Manu y consigo tras hacer varios pasos no clavarme mi própio piolet en la espalda y salir a la cortina donde el tíbio sol acaricia la cascada,

De repente suena el teléfono y de nuevo me encuentro en el suelo enmoquetado de la oficina de trabajo temporal, creo que he estado un poco ausente mientras la secretaria me explicaba la función que tenía que desempeñar en el tejado de no se qué iglesia, de nuevo estoy enfrente de ella, ahora concentrado en lo que me dice veo en sus ojos que ha pasado un fin de semana de mierda, a la vez me vibra el bolsillo, quiza la respuesta a ese mensaje insunuoso que mandé hace tres días, es Manu, el jueves tiene libre y dan bueno, me enfrento de nuevo a lo que me dice mi amiga con ojeras a mitad camufladas y le comento lo más educadamente posible que finalmente esta semana tampoco estaré disponible, c´est ne pas posible, desolée... me levanto y me despido, con cara atónita la bella gestora del trabajo ve cómo salgo de la oficina reticente de abandonar el pequeño confort de la moqueta y con la cabeza un poco dispersa pensando en otra nueva aventura.


RECOMENDAMOS NO REPETIR ESTA VÍA, ES UNA PUTA LOCURA!!!

mercredi 23 juin 2010

La définition de l'agonie

Nous voila une nouvelle fois à Riglos, et après avoir grimpé chacun de notre coté avec un compagnon de cordée différent, nous nous retrouvons Florent, Rémi, et moi au départ de Zulu, pour finir cette journée.
Le plan étant que Florent fasse le début, moi le milieu et Rémi la fin.
Des les premiers mouvements (je n'irai pas jusqu'à dire des l'encordement), Florent commence à montrer quelques signes de fatigue, voire de doutes ...
Il se vache à un point, hésite à faire un pas en A0, et tant bien que mal finit par arriver au relais, puis plus tard à la vire.
C'est à mon tour. J'attaque la première longueur du mur, et enchaine la suivante en continuant tout droit sans m’arrêter au relais. C'est en fait moins dur que le crochet à gauche.
Je commence à assurer mes collègues, et c'est là que ça devient intéressant !
Rémi est parti en premier et comme à son habitude grimpe à fond les manettes. Quand à Florent il est bien en retrait en train de crier, je ne comprends pas ce qu'il lui arrive sur le moment... Ce n'est que plus tard que je comprendrai qu'il souffre de crampes. On n'a pas fait la moitié, on attaque à peine le dévers et le plus dur reste à venir, ça promet!!! Rémi m'a rejoint au relais et c'est à cet instant que je décide de filmer.
Rémi poursuivra devant jusqu'au sommet, quand à moi arrivant systématiquement au relais avant Florent, j'immortaliserai son calvaire sur film.
A noter les couinements en se jetant sur chaque patate ...
Un moment inoubliable ;-)

vendredi 18 juin 2010

Nouvelle voie à la Visera Riglos

Dernièrement on a pas mal grimpé à Riglos.
Avec Rémi on s'est fixé comme objectif de ne pas refaire une voie que l'on a déjà faite.


Il se trouve qu'une nouvelle voie vient d’être ouverte à la Visera.
Entre Popeye et le Directa. J’étais le premier (et pas le seul) à dire, "mais putain quelle bande de bourricots, il n'y a plus de place... au bout d'un moment il faut savoir aller ailleurs" ou bien encore "ça va foutre un bordel dans les voies, il va falloir marquer les prise pour savoir si tu grimpes dans Popeye ou dans la Directa" etc...

Mais comme l'a très souvent dit un grand Pyrénéiste du nom de Florent Dulac : "En même temps si tu ne vas pas voir, tu ne peux pas savoir"

Donc avec Rémi nous voila parti un vendredi pluvieux dans cette voie. Bien persuadés d’être seuls dedans. Surprise, il y avait une cordée devant nous, composée de l'un des deux ouvreurs.

La première longueur est commune avec Popeye, ensuite il faut suivre les plaquette noires.
Et il faut dire que cet itinéraire nous a bien plu. Il ne vient pas interférer avec aucune autre voie, même si à un moment donné il passe à coté d'un des relais de la Directa.

La voie :
Nom : Inconnu... pourrait être Jotake (en basque veut dire la même chose qu'en français) ou bien la Navarra si l'ouvreur a tenu compte de mes remarques (et j'en doute fort)
Ouverte par : 2 Navarrais de Pampelune dont je ne connais pas le nom, mais l'un d'entre eux est super sympa.
Première en libre : le gars qu'on a croisé l'autre jour
Première à vue : Rémi Labourie
Première en version saucisson intégral : Laurent Lacabanne

Voici la vidéo, conditions météo spéciales...

mercredi 9 juin 2010

Not to bolt or not to bolt, that is the question... here is the answer.

Où aller grimper en montagne, en ce début de mois de Juin, sans prendre la neige? Alors que je feuilletais le dernier numéro de Passe Murailles, je tombe sur l'article de Remi Thivel et sa dernière voie à l'Ossau "Not to bolt or not to bolt". Ça peut être un bon plan, puisque l'on peut redescendre en rappel dans l'éperon Est.






Pombie le 3 Juin 2010

Après quelques renseignements pris, sur les conditions à l'Ossau (notamment l'état d'enneigement de la vire pour remonter vers l'éperon est), je me décide à appeler Remi pour avoir quelques infos sur la voie. Le topo parle d'escalade aérée dans L1 et L5.
"-Salut Remi on aimerait faire ta nouvelle voie à l'Ossau j'aurais quelques question: Dans L1 escalade aérée, mais on peut tomber ou pas?
-En fait, si tu veux..." ceux qui connaissent Remi imagineront le ton solennel dans la voix. ... "entre le 2ème et le 3ème piton non là il ne faut pas tomber... en fait on n'a pas réussi à mettre un bon truc, donc non il ne faut pas tomber dans cette longueur! Pour la suite je ne me souviens plus trop regarde dans le topo c'est bien détaillé! Mais il n'y a rien d'aléatoire et c'est du super bon rocher!
-OK... (dubitatif)
-Vous y allez demain, ah super! il va faire beau, tu me diras ce que vous en pensez."
Le ton est donné, il n'y a plus qu'à aller voir.

Lendemain matin, en compagnie de Laure et Eveline, nous voila parti à Pombie.
Le départ de la voie est relativement facile à trouver. Le sort en a décidé ainsi, c'est Laure qui s'élance. Et pour démarrer c'est un bon pas de bloc qui l'attend au réveil.
Elle progresse de manière continue, mais ce que l'on peut dire c'est qu'elle ne court pas. En second nous apprécions le caractère engagé de la longueur. Superbe rocher, très propre, peu de lichen. De bonnes surprises au fur et à mesure que l'on grimpe, mais c'est émouvant quand même.

Laure dans L1

La deuxième longueur présente une traversée en 6b bien protégée par des pitons. C'est plus inconfortable que physique.

Puis c'est au tour d'Eveline de s'élancer. Là aussi, ce n'est pas la course. Cette longueur en V+ a vraiment du caractère. Les protections ne sont pas légion. Le rocher reste bon, bien que plus licheneux.
Eveline au départ de L3

Laure dans L3

Alors qu'elle enchaîne la courte longueur suivante, depuis le relais on distingue un énorme mur compact. On a vraiment du mal à voir par où ça va passer. Et comme je sais que ça va être mon tour, le stress commence à monter!

Ce mur compact est inquiétant. Il me semble voir un piton tout là haut... bon j'y vais mais j'ai peur.
La première partie se protège plutôt bien. On se retrouve alors sur une petite terrasse, au pied du mur. Et effectivement le piton est bien là haut, à bien une dizaine de mètres de la dernière protection mise (peut être moins... la peur peut avoir altéré mon jugement). On devine des prises mais... en fait en grimpant on va de bonnes surprises en bonnes surprises. Puis vient le premier piton... et là je m'exclame "bordel ça fait peur!" Un petit passage en artif, la lutte pour repartir en libre et enfin le relais.

Le mur compact


Je motive Laure pour qu'elle essaye le passage d'artif en libre, et elle parvient à le libérer (pour les adeptes de la cotation lui demander directement).

La dernière longueur est elle aussi magnifique. Compact au départ (méfiance) puis de la fissure ensuite.

Une belle voie, bravo les ouvreurs !! Belle leçon de courage et de détermination. Ce qui prouve que l'on peut encore ouvrir de belles voies à l'Ossau en style traditionnel.
Je ne sais pas si cette voie deviendra une classique du fait de son exposition, mais c'est sûr qu'elle connaîtra pas mal de répétitions pour son originalité, la qualité du rocher et son niveau assez abordable.

Petite précision concernant le matériel:
il faut ajouter un friend à quasi tous les relais. Le topo mentionne "les cordées bien au dessus du niveau pourront en prendre un peu moins (de matériel)". Pour la peine on ne s'est pas senti concerné, mais il nous a semblé que 2 jeux de friends et 2 de micro c'était vraiment trop! Peut être que les futurs ascensionnistes prendront quelques pitons pour compléter les relais (on ne peut pas le faire partout), ce qui permettra de prendre moins de matos.
On ne s'est pas servi du camalot #3.5, quand à l'option du camalot #4 on voit bien que l'auteur du topo fait de la pub pour ses autres voies ;-)

lundi 31 mai 2010

Raices del cielo


Apres quelques mois à poser des dégaines sur des spits de 12, il était temps de se remettre au TA, et pour ca, rien de mieux que Montrebei !

Un coup de fil de Romain, et c'est partit, direction "raices del cielo", une voie typique, mi-libre mi-artif. Peu de répétitions donc pas de topo très précis...

Attaque bien matinale, au levé du jour, le but étant d'atteindre une vire située au milieu de la voie pour dormir... Finalement, la 1ere partie déroule pas mal, avec de belles longueurs dans le rocher "orange", entre libre et artif facile.
Des burils par-ci par là, quelques rares pitons, et nous voilà, plus tôt que prévu sur la vire ! D'apres nos sources, "la 2eme partie déroule plus". Hummm... Il est 15h30, il reste 5 ou 6 longueurs, et vu la tête de la "vire", on aimerait bien éviter le bivouac... Allez, on se presse !

Mais dès la longueur qui suit la vire en question, c'est la grande désillusion....
"- Vincent, envoie moi un crochet".
"- Un autre... Fais gaffe..."
"-Encore un autre..."
Bon, ben c'est pas gagné ! A peine le temps de déséquiper la longueur que la nuit arrive. 3 pâtes, et au lit ! Finalement, le hamac tant redouté ne s'avère pas si inconfortable que ca, et à notre grande surprise, nous dormons plutôt bien !

4H00 : Driiiiiiiing
Dur dur le réveil. Remontée des stats à la frontale, et c'est repartit...

1ere étape de la journée : retrouver la voie, on est un peu perdus, mais apparament, une traversée devrait nous rammener vers les traces de pitonnage. Un peu de libre, quelques pas sur crochets, et on retrouve une fissure caractéristique.

La longueur suivante, côtée A2/5 nous laisse quelque peu dubitatifs... Crochets, plombs, quelques rares bon pitons... Bref, ca change des longueurs du début ! Et ca "déroule" pas du tout !
La suite, heuresement s'avère un peu plus facile. Nous arrivons vers 18h au sommet, apres un dernier hissage de sac version "jungle amazonienne"...

Au final une superbe voie, ingénieuse... qui remonte un ésthétique pilier, bien compact ! Peu de matériel en place, beaucoup de travail en particulier dans la 2eme partie ! Dommage que certains aient oublié ce tracé pour venir planter des goujons 2m à gauche, (enlevés depuis, mais il reste les tiges...)


dimanche 21 mars 2010

Nouvelle journée soumission


Encore une belle journée à Pène Haute.










On a même eu droit à une démonstration de lolotte par Vincent... Martin et Florent, prenez des notes!

vendredi 19 mars 2010

L’éveil du glaciairiste

Aujourd’hui, il va falloir dépoussiérer les piolets, car demain, c’est Thanatos.

Depuis mes débuts au cirque, il y a deux ans, elle ne cessait d’attirer mon regard, sans cesse perturbé par sa beauté et sa verticalité. Cette voie, je la ferai un jour, quand les conditions seront bonnes…

Cette dernière semaine, le froid s’est installé, permettant à la glace d’envahir les murs en quantité. C’est le moment !



Les conditions sont là, il ne reste plus qu’à trouver le compagnon de cordée avec qui partager cette aventure. Pour cela, il me fallait quelqu’un d’expérimenté, un homme du froid, solide comme un roc. Une rencontre au hasard et j’ai trouvé mon Norvégien.


Le matin, Jean-Robert passe me prendre à la maison de bonne heure. Quelques heures plus tard, nos piolets commencent à couiner.



La glace est bonne et l’escalade roulante bien que raide. La journée est magnifique et nous aurons même la chance de pouvoir grimper la fin de la cascade au soleil. Superbe.

jeudi 18 mars 2010

Je viens de récupérer les cassettes du voyage que nous avions fait avec 3 copains en 2007 en Bolivie et au Pérou. Je suis donc en train de faire un petit film...
Et n'ayant pas encore trouvé le courage pour me lancer dans le vrai montage, je vous propose déja quelques images, en guise d'avant gout :

Film Pérou ("bande annonce")

mardi 16 mars 2010

Western Cape, Afrique du Sud, la grimpe au chaud en hivers

Septembre 2009, je grimpe le dos de l'éléphant à Bevella en compagnie de Cécile. Une cordée sud Africaine nous suit.
Ils me parlent de l'escalade dans leur pays. "On a plein de voies en terrain d'aventure, dont certaines de grande envergure... Oceans of fear environ 20 longueurs". Ah bon? Pour moi l'Afrique du sud se limitait à Rocklands en terme d'escalade.
"Tu travailles en Angola?" me dit-il,"c'est la porte à coté, la prochaine fois arrêtes toi à Cape town!"
Ce genre d'invitation, avec moi, ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd!

Vendredi 19 fev 2010, je survole l'Afrique du Sud en direction du Cap. Atterrissage avec vue sur Table Mountain, le majestueux symbole des lieux. La première chose qui me surprend est la quantité de falaise abrupte qui entoure la ville.
Liezl m'accueille à l'aéroport et m'annonce le programme: "Frederick finit de bosser et ensuite on part ce week end à Cederberg un endroit magnifique."
J'ai googlé comme un malade à la recherche de tous les spots autour du Western Cape, et celui là m'a visiblement échappé! Vu la tonne de cailloux que j'ai vu depuis l'avion, je ne suis pas étonné.
Mes amis habitent Stellenbosh, à 30 min de Cape town, dans une résidence de type anglais où toutes les maisons se ressemblent.

Je retrouve Frederick qui m'annonce "Je t'ai trouvé un partenaire qui va t'amener grimper à Yellow Wood" Cette falaise là, aux allures d'Ordessa, ne m'avais par contre pas echappé. Un petit email dirigé et le tour fut joué... je suis très excité à l'idée de voir ce site, mais ce sera pour plus tard, pour l'heure c'est Cederberg.

Situé à 3h de route de Cape town (dont une sur piste), Cederberg représente une vaste chaine montagneuse au nord du Western Cape. Le Ceder est un arbre que l'on trouve dans le coin, et berg signifie montagne en Afrikans (et en d'autre langues aussi j'imagine comme l'Allemand). L'altitude des lieux ne doit pas dépasser 1500m. Il y a plusieurs falaises dans le coin, celle où nous allons est Wolfberg (la montagne des loups pour ceux qui ont suivi). L'endroit est désertique, seuls quelques fermiers y habitent. Ils sont donc propriétaires des lieux y compris les falaises. Il faut bien comprendre que comme dans beaucoup d'endroits du monde, l'escalade est tolérée, mais est sur la corde raide! Un seul faux pas et le site peut être interdit d'accès par le fermier. Il faut donc demander leur autorisation et acheter un permis!!! Eh oui ça marche comme ça! Le camping sauvage est interdit. Les fermiers disposent de camping confortables et pas chers. Il y a aussi une règlementation, genre parc national dont je n'ai pas spécialement compris les nuances, mais en faisant appel à un minimum de bon sens, il n'y a aucun problème.
Un autre point important... Au même titre que le renard Corse ou Montrebeyen, les animaux sauvages, si mignons qu'ils soient, n'ont pas à être nourris !!! Tout particulièrement le babouin. A bon entendeur...

Nous nous installons dans le bungalow que mes amis ont loué. Une organisation irréprochable de leur part!!! Assez de nourriture pour tenir un siège, des bières, du vin et du digestif local! Je suis accueilli comme un prince, et tout ça me fait prendre conscience que je me suis pointé la gueule enfarinée les mains dans les poches!!!

Lendemain matin 6h. Notre objectif s'appelle "Day of the Jackals", coté 19. Ah oui... les cotations sont différentes. Ici pas de lettres, de + ou de -, juste un chiffre. Comment faire plus simple? 19 correspond à peu près à 6a+.
L'itinéraire, a l'air assez évident mais sinueux. Contrairement aux topos de chez nous,les sud africains ne font pas de croquis. Il y a une photo de la face avec un tracé, et une description de la voie longueur par longueur. Bien parler anglais s'impose donc comme une évidence si vous voulez vous en sortir! A noter qu'il existe des topos entièrement en Afrikans!!! Alors là bon courage! Même les relais n'apparaissent pas sur le tracé. J'en fait part à Frédérick "C'est bien les croquis quand même... tu peux savoir où sont les pitons ou des trucs comme ça..." "Si on trouve au moins 1 piton dans la voie on aura de la chance" m'a-t il répondu. Ici il est interdit de poser des bolts (gougeons).

un 4+ qui réveille !!!

Il me propose de commencer, et de faire les 2 premières longueur en une. Le crux étant la deuxième longueur. Je m'équipe et constate : je possède un jeux complet de camalot, tous mes copains ont des camalots mais aujourd'hui on utilise le jeux de Fred! Et le nombre de ses camalots est exactement 0! Je sens que je vais un peu batailler au début!

La première longueur est coté 15 (soit 4+). Je n'ai pas souvenir de m'être mis autant à l'envers dans un 4+ de toute ma vie ! Prétextant avoir du tirage, je fais le relais comme indiqué sur le topo, soit avant la longueur dure. En gros je me dégonfle! Fred propose de continuer... je me dégonfle donc une deuxième fois. Il lutte copieusement pour passer le toit, et s'en voit pour le reste aussi. Une longueur grandiose. L'escalade est athlétique, et le rocher, ce grès ocre très dur, des plus agréable. Quand le rocher est noir, l'adhérence n'est pas bonne, il faut s'employer à verrouiller ses doigts dans les fissures ou à serrer des plats fuyants. Je finirai le reste de la voie en tête où reste un petit pas de bloc en 6a. Le dernier mur étant tout simplement hallucinant.
Nous redescendons à pieds par un petit canyon encaissé magnifique. Le reste de la descente est des plus pénible par 37°c en plein soleil.

L'après midi nous allons à une vasque appelée Maarat (prononcer Mor_rat en essayant de rendre ça le plus horrible possible pour que ça sonne bien Afrikans). L'eau est chaude (plus de 20°c) et on peut sauter depuis des blocs de 8 à 12m.

Le soir tradition sud africaine oblige, c'est barbecue. Plus bière, vin etc... L'alcool aidant (j'imagine), notre objectif du lendemain est "Alone in Space". Une ligne évidente de dièdre et de fissure. La voie est soutenue dans du 19/20 (6a+/6b) avec une longueur clef en 22 (~6b+/6c). Nous faisons l'approche à la fraiche et nous asseyons pour examiner la voie. Elle est en grande partie au soleil et j'ai le sentiment qu'elle le restera un moment. Cela n'inquiète pas Frederick, mais moi oui par contre. Des longueurs soutenues en plein cagnard ça relève de la torture.
Fred m'avoue qu'il grimpera à sa limite et que les cotations ici sont plutôt sévères (ok... je comprends mieux le coup du 4+). A bien y réfléchir je risque de bien être au taquet aussi.

Changement d'objectif! On fera "Old timer desease" 3 grandes longueurs en 19 et une en 21. Le topo donne 5 étoiles pour cette voie, décrite comme déversante sur bonne prise. Arrivé au pieds du mur je ne vois aucune ligne évidente. En lisant attentivement le topo, j'aperçois le cheminement astucieux, évitant des toits et gros surplombs. Du coup j'attaque la première longueur car elle m'inspire. Un mur raide avec de grosses écailles et prises solides (quoique j'ai pété la première) qui mène à un autre mur de gruyère, et traverse enfin à gauche pour rejoindre une vire.
L'escalade ressemble à Riglos, déversante sur grosses prises. Là où c'est dément, c'est que l'on trouve un endroit pour une bonne protection.

Fred me rejoint au relais, et s'élance dans la deuxième longueur. Il place une protection, et après quelques hésitations, traverse un ou deux mètres à droite et grimpe au plus évident. Deux secondes plus tard, il arrache une écaille et disparait une dizaine de mètres plus bas sous la vire. Je me fais violemment secouer au relais, mais plus de peur que de mal. Il remonte et me dit avec un flegme déconcertant "Ce coup ci, je crois que je vais aller tout droit!" Après un plomb comme ça, la sérénité n'est plus de mise! Je suis nerveux au relais et lui aussi. Il se remettra un autre petit vol d'ailleurs. Cette longueur est courte et explosive avec un pas de bloc un peu retord.Le soleil est sur nous, et il fait très chaud. J'enchaine la troisième longueur, très technique et originale, où le crux est un pas d'équilibre assez loin au dessus d'un alien foireux. Reste la dernière longueur, la plus dure, qui en fait ne sera qu'une formalité. Un rappel pour descendre... mais il faut aller le chercher, sans les chaussures c'est bien pénible... la descente sera pire que celle de la veille, je suis totalement déshydraté!

Cette voie originale et physique restera mon meilleur souvenir d'escalade en Afrique du sud. Car malheureusement pour moi, le temps ne sera pas très stable les jours qui suivront. Donc visite du Cap etc... Un en droit merveilleux.
Et donc pas de Yellow Wood. J'aurais cependant l'opportunité de grimper sur une falaise (équipée) de granite, dont j'ai oublié le nom, ainsi qu'à Table Mountain en compagnie de Farrel. Table Mountain propose aussi un terrain de jeu extrêmement varié avec une vue sur l'océan somptueuse. L'escalade est là aussi un des joyaux d'Afrique du Sud.

Farrell en route pour Table mountain

Mon voyage fut de trop courte durée. J'ai été émerveillé par l'Afrique du Sud, par ses paysages, ses gens, son histoire aussi (pas franchement glorieuse)... L'accueil que j'ai reçu est tout simplement exceptionnel, je ne remercierai jamais assez mes amis pour cela!
J'ai donc gouté un peu à tout, sans vraiment y mordre pleinement dedans, de plus de par mes nombreuses discutions avec Fred je n'ai vu qu'un petit échantillon...
Je vais donc y retourner, c'est très clair dans mon esprit! Fred me disait "Nous avons été colonisé par les mauvais pays... vous les Français devriez venir et reprendre le contrôle et les choses en main!" C'est bien sur ironique, et vu le bordel qu'on a mis partout en Afrique je ne sais pas si c'est une si bonne idée que ça, en tout cas l'invitation est lancée, et on sera toujours les bien venus là bas. Avis aux amateurs...

Quelque petites infos pratiques:
Le vol pour l'Afrique du Sud est ce qui plombe le budget. Il faut prendre un vol pour Johannesburg, puis un vol régional pour le Cap. Possibilité d'un vol direct depuis Londres. En cherchant bien à l'avance on doit pouvoir trouver un vol AR pour 700 euros.
La monnaie locale est le Rand. Le change est 11 Rands pour 1 Euros. La vie est 30 à 40% moins chère qu'en France.
L'Afrique du Sud connait un taux de criminalité nettement supérieur à ce que l'on connait chez nous. Il ne fait pas bon trainer tard la nuit, surtout dans la région de Johannesburg.

Niveau escalade il faut du matos pour grimper en style traditionnel. Un gros jeu de friend. Le rocher est principalement du grès. Quelques zones de granite et une de calcaire. Il existe des spots de falaise, et bien sûr la Mecque du bloc à Rocklands.

Petit lexique pour mes amis en froid avec la langue de Shakespeare (et ils sont nombreux):
Assurer -> to belay
Un relais -> belay stance
vaché -> off belay ou safe
une vire -> ledge
fissure -> crack
écaille -> flake
2 bières s'il vous plait -> 2 beers please
vous êtes très élégante mademoiselle -> I want to fuck you like an animal